Un front «tout sauf la CAQ» ?

anticaq

La bonne santé sondagière de la Coalition avenir Québec (CAQ) et son chef François Legault provoque de petites secousses politiques, que certains perçoivent déjà comme les signes annonciateurs d’une victoire future de cette formation aux élections générales de 2018.

Ces petites secousses sont provoquées par une front officieux dont le slogan pour être «tout sauf la CAQ». Un front qui réunit le  Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec solidaire (QS), mais auquel il manque une composante déterminante : le Parti québécois (PQ).

Florilège :

plqcaq

qscaq.png

Pourtant, le PQ est loin d’être l’allié objectif de la CAQ ! Bien au contraire, il est son premier concurrent puisque Jean-François Lisée cherche à lui reprendre les classes moyennes péri-urbaines qui – par crainte de la mondialisation – votent massivement pour la formation de François Legault.

À vrai dire, cette désertion du front «tout sauf la CAQ» par le PQ est tactique. C’est d’ailleurs exactement la même tactique qu’empruntait jusqu’à peu le PLQ : minimiser le phénomène pour le décrédibiliser. Si le PLQ est revenu de cette stratégie puisqu’elle n’a pas su freiner l’engouement à l’égard de la CAQ, pourquoi le PQ embraie dans cette voie ? Peut-être parce qu’il n’a pas le choix… Rallier le front serait un aveu d’un échec car le PQ collaborerait – du moins tacitement – avec son rival de toujours : le PLQ, et avec sa gauche perdue : QS, mais surtout un aveu de faiblesse concédé à la CAQ.

L’absence remarquée et remarquable du PQ dans le front anti-CAQ m’amène à penser que le clivage gauche-droite s’accentue et se substitue de plus en plus au clivage souverainisme-fédéralisme. Le PQ a plus qu’amorcé sa mue conservatrice depuis la victoire de Jean-François Lisée : il n’est pas prêt à abandonner cette orientation en dépit de tout et surtout de sa mauvaise santé sondagière. Il se murmure que – plutôt que changer le fond, il va soigner la forme en recrutant la même agence de relations publiques qui a contribué à la bonne campagne de Valérie Plante.

Loin d’être anecdotique et quoi que le phénomène soit – pour l’heure – encore contenu, notons une forte de crispation de la campagne à quelques 300 jours du scrutin (ce qui est extrêmement long dans le temps politique). Les attaques ad hominem – créées ou en réponse à ce front – ne sont pas dans la tradition québécoise. Si le Québec ne connaît pas encore son moment populiste, l’ambiance délétère risque de le provoquer.

En route pour les élections provinciales de 2018

 

4976494944_29f8defb4a_b

Puisque que Claude Castonguay annonce dans la Presse Plus le début du «marathon électoral» menant jusqu’aux élections provinciales de l’automne 2018, il me fallait réagir à cette présentation – que je qualifierai d’orientée – de la ligne de départ.

Parti libéral du Québec (PLQ)

Castonguay estime que le PLQ de Philippe Couillard a succédé à celui de Jean Charest sans l’avoir assaini, renouvelé et réorienté. S’il est certain que le PLQ semble quelque peu immobile, le postulat de départ est à nuancer. Il faut bien différencier deux choses : 1) l’héritage partisan ; 2) le lègue du pouvoir. Couillard n’a pas récupéré le pouvoir de Charest, mais seulement le parti. Après quoi, il a conquis sans grand effort le pouvoir. et ce suite l’interlude du Parti québécois. Dès lors, Couillard n’est pas dans une position de continuateur de Charest, ni même dans celle d’outsider. D’où l’immobilisme qui caractérise son mandat. C’est important de remettre en perspective ces éléments car, en 2018 (et sauf coup de théâtre), Couillard aspirera à se succéder à lui-même. Il deviendra donc l’homme d’un passé qu’il ne peut plus réduire aux actions de ses prédécesseurs. Il lui faudra donc inspirer du mouvement, créer ce renouvellement puisque la stabilité n’est plus un argument politique vendeur. Sans quoi, Philippe Couillard expérimentera un peu ce que Denis Coderre a vécu aux dernières municipales…

Parti québécois (PQ)

À l’inverse de ce qu’écrit Castonguay, je ne pense pas que le problème du PQ soit sa position sur le référendum. À l’exception de quelques extrémistes qui la déplorent et quelques cyniques qui la relèvent en permanence, le débat est clos depuis la course à la chefferie. Non, le terrain glissant est celui de l’évolution du clivage gauche-droite, entraînée par les  questions identitaires.  Il y a quelques mois, j’ai écrit un article : Où s’en va le Parti Québécois ? sur le repositionnement effectué par le PQ. Sans nouvel élément, je réitère donc ma conclusion :

Plutôt que s’efforcer de plaire aux communautés culturelles, qui ne sont – pour lui [le PQ]– qu’une variable d’ajustement pour gagner certaines circonscriptions, il choisit la confrontation avec la CAQ.

Cette confrontation avec la Coalition avenir Québec (CAQ) vise acquérir le vote des classes moyennes rurales ou péri-urbaines qui échappent au PQ. Celles-ci sont préoccupées par une mondialisation qu’elles jugent comme une concurrence déloyale, une force qui les pousse à l’acculturation. Le projet de pays, pour elles, s’éloigne face à le menace de la mondialisation. Pour les attirer, le positionnement du PQ est celui qui promeut un État fort avec une identité forte.

Québec solidaire (QS)

Je vais probablement réussir l’exploit d’attirer sur moi les critiques et des partisans et des opposants de QS en affirmant que cette formation n’a strictement rien de socialiste, pas plus qu’elle est – quoi que s’y maintiennent des pratiques autogestionnaires pour faire vivre le folklore – anarchiste. Si elle est certes de gauche, la plupart des mesures sociales qu’elle propose sont à destination des tranches de la population de classe moyenne, urbaine et éduquée, non pour le prolétariat. Je ne développerai pas plus en amont l’idéologie de QS car je vais produire (j’espère rapidement) quelque chose de plus consistant et de plus documenté à ce sujet. En attendant, je pense pouvoir dire sans trop me tromper que QS récupère utilement ce que le PQ abandonne alors qu’il se dirige vers le nationalisme conservateur : le projet de construire un État social-démocrate et francophone en Amérique du Nord.

Coalition Avenir Québec (CAQ)

Il me faudra également écrire un article plus complet sur la CAQ, puisque bien des commentateurs de la vie politique analyse fort mal cette formation à l’exemple de Castonguay. Qui plus est, ce dernier semble persuadé que le vote des «anglophones» est interchangeable pourvu que le parti pour lequel ils optent ne soutienne pas la souveraineté du Québec. S’il est certain que les partis qui plaident pour la souveraineté du Québec conduisent au veto pour bon nombre d’anglophones et d’allophones (j’insiste sur l’omission), ce n’est pas pour autant qu’ils voteront pour un parti qui tiendrait des positions très à droite. Si l’offre politique proposée par la CAQ contredit d’autres principes de ces populations, comme de vivre dans une société libérale et multiculturelle, ils s’abstiendront ou voteront pour le PLQ en dépit des affaires. En effet, la CAQ ce n’est pas le PLQ en un peu plus plus nationaliste, c’est surtout un parti conservateur.

Conclusion

Une course électorale, c’est un marathon – comme l’a très bien écrit Claude Castonguay. Sauf que les coureurs ne partent pas au même endroit sur le parcours. Il faut donc se méfier de ce genre d’articles qui nient cette réalité, soit en présentant la situation comme courue d’avance, soit en concevant la course comme relativement ouverte. J’ouvre donc cette rubrique consacrée aux élections provinciales au Québec un peu précocement pour me donner le temps afin de bien analyser ces structures qui régissent le champ politique,  les stratégies qui les infléchissent, puis couvrir les grands et petits tremblements qui menacent de les détruire.

Où s’en va le Parti québécois?

pq

Les 8,9 et 10 septembre, le Parti québécois (PQ) organisait son congrès. Outre le score quasi-stalinien (92,8%) par lequel Jean-François Lisée a été reconduit dans ses fonctions de «chef» du premier parti d’opposition, que peut-on en retenir de l’événement?

Son sous-titre conquérant : «Le chemin des victoires», donne une première indication. Le PQ se met  donc en ordre de bataille pour les prochaines élections provinciales qui se profilent à l’horizon 2018. Reste à savoir quelle stratégie adoptée pour : 1) défaire le Parti libéral du Québec (PLQ), en tête dans les sondages (31%) ; 2) rattraper son retard sur la Coalition avenir Québec (CAQ), qui talonne le premier (29%) ; 3) ne pas se faire déborder sur la gauche par Québec solidaire (QS), de plus en plus populaire (15%, chiffres selon le sondage Léger-Le Devoir de juin) ?

Le casse-tête semble indépassable, d’autant plus qu’une nouvelle et large défaite sonnerait le glas de la formation souverainiste. Parmi les stratégies envisageables, il semblerait que celle, choisie par Lisée, opère un glissement à droite (tel que je le mentionnais dans un article précédent). Mais de quelle droite parle-t-on exactement ?

Comme tout théoricien du politique, la tendance ne me satisfait jamais et les déclarations me sont  toujours un peu suspicieuses. J’attendrai donc que l’une se confirme et que les autres se cristallisent avant de qualifier cette droite. Néanmoins, affirmons – pour l’instant – que ce positionnement à droite est plus tactique qu’idéologique. Ce positionnement – ou, plus exactement, ce glissement – sert à rallier les électeurs éventuels de la CAQ afin de concurrencer le PLQ ; tout en présentant QS sous son visage «d’extrême-gauche» pour espérer amoindrir sa progression chez les souverainistes modérés. Concernant les électeurs du PLQ, j’ai l’impression que Lisée fait l’impasse.

Se crée alors un double enjeu pour le PQ : d’une part, mobiliser des communautés culturelles réceptives à son message pour prendre les comtés qui ballottent entre PQ/PLQ ou PQ/CAQ ; d’autre part, reprendre à la CAQ le vote francophone, de classe moyenne et périurbain. Si ces clientèles peuvent avoir les mêmes attentes en terme d’éducation, de transports, de santé, d’infrastructures, etc., plusieurs luttes symboliques les départagent. Jusqu’alors, le PQ avait fait le choix de les réconcilier à l’aide d’un modèle d’État social, inspiré des social-démocraties scandinaves, œuvrant ainsi à établir les jalons de l’indépendance.

Sauf que ce modèle a vécu, d’une part car les communautés culturelles sont de plus en plus politisées, surtout avec les deuxièmes, voire les troisièmes générations, qui – malgré la maîtrise de la langue française et l’assimilation des codes culturels – sont toujours autant marginalisées dans la société québécoise. Les promesses de lendemains qui chantent ne les convainquent plus. D’autre part, car les populations francophones, péri-urbaines et appartenant à la classe moyenne, ressentent un décalage entre ce qu’elles pensent être la collectivité avec ce qu’elles accusent être la conséquence de sa perte d’identité : l’acculturation, la diversité ethnoculturelle, la concurrence territoriale, etc.

Car le nationalisme de cette frange de la population n’est plus qu’accessoirement politique pour être principalement identitaire, Lisée cherche à s’adapter. Si le but est de récupérer les souverainistes déçus de la tiédeur du PQ sur les thématiques identitaires, il n’abandonne pas modèle de l’État social, bien qu’il le «libéralise» en concédant plus de place à l’entreprise et le «nationalise» en affirmant une souveraineté économique. Une fois de plus, la manœuvre vise à rassurer les classes populaires, les classes moyennes, les petits propriétaires et les investisseurs locaux, préoccupées à la fois par la dépense publique et la viabilité économique du Québec.

Lisée, en fin stratège, se prépare donc à une élection qui, en 2018, sera marquée par les problématiques identitaires et économiques. Plutôt que s’efforcer de plaire aux communautés culturelles, qui ne sont – pour lui – qu’une variable d’ajustement pour gagner certaines circonscriptions, il choisit la confrontation avec la CAQ. Voilà où le PQ s’en va…

Québec solidaire à gauche, le Parti québécois à droite ?

brevegdnbjfl

À défaut de se parler, Gabriel Nadeau-Dubois – co-porte-parole de Québec solidaire (QS) – et Jean-François Lisée – chef du Parti québécois (PQ) – se répondent indirectement. Plus exactement, l’un et l’autre s’emploient à se positionner dans le clivage gauche/droite, longtemps délaissé par le débat public au profit du clivage souverainisme/fédéralisme.

Sur l’extrême-droite :

gnd4jfl4

 Sur l’immigration :

gnd1jfl1.png

Sur les signes religieux :

gnd3jfl2

Le positionnement de Nadeau-Dubois n’est pas nécessairement plus à gauche, mais celui de Lisée glisse toujours un peu plus à droite. En effet, on retrouve dans les gazouillis ci-dessus les argumentaires habituels des formations conservatrices : la montée des extrêmes est la conséquence du tabou entretenu par le pouvoir quant à l’immigration et la laïcité ; l’immigration illégale est provoquée par la responsabilité d’une puissance tierce (l’Allemagne, pour les droites européennes ; le fédéral, pour la droite québécoise) ; comme le voile intégral est interdit ailleurs, raison de plus de l’interdire ici, etc.

Outre les «débats de société» qui invitent chacun à préciser son positionnement auprès d’un large public, les deux leaders paraissent préoccupés par la réception de celui-ci auprès de leurs partisans. En témoignes ces tentatives timides de réanimer des sujets appartenant à la chasse-gardée de leur formation respective.

gnd2.pngjfl3

Qu’un parti de gauche comme QS ait besoin de préciser qu’il s’occupera – le temps d’une saison – des travailleurs et que le PQ doive rappeler que la langue française est son credo, tout cela augure d’un durcissement. Mais d’un durcissement bien tranquille, comme le fut la révolution au Québec…