Les 3 raisons du succès de Valérie Plante, première mairesse de Montréal

plante

Valérie Plante a d’ores et déjà marqué l’histoire puisqu’elle est devenue la première mairesse de Montréal avec le score de 51.36%. Elle intègre alors le club très fermé des femmes qui dirigent une grande agglomération en Amérique du Nord, devant son second membre après Muriel Bowser (élue à Washington).

S’il fallait souligner cette victoire historique (et si nous conclurons cet article sur les nombreux défis qui l’attendent), il est important de se demander pourquoi Valérie Plante a réussi à gagner l’Hôtel de ville. En effet, Denis Coderre a été longtemps jugé indétrônable par l’ensemble de la presse et une part notable des commentateurs politiques.

Sauf que leurs analyses – parfois partiales, mais bien plus souvent partielles – ont oublié certains critères.

Voici donc les 3 raisons du succès de Valérie Plante :

1- Une vision de Montréal

Dans un article précédent, je soulignais que l’opposition entre Plante et Coderre se résume à deux projets :

Valérie Plante (Projet Montréal) propose une ville centrée sur la notion d’urbanité, privilégiant les familles, l’écomobilité et la considération de l’espace public. Tandis que Denis Coderre (Équipe Coderre) privilégie le rayonnement international de la ville, notamment à l’aide de partenariats public-privé, et le statu quo urbanistique.

Alors Plante a parfaitement incarné sa vision de la ville, celle de Coderre a semblé déconnecté des priorités. De plus, et n’en déplaise à un cynisme ambiant qui aimerait croire en la fin des idéologies et dans celle des partis, les hommes et les femmes politiques dépourvu-e-s de vision sont toujours sanctionné-e-s par les urnes.

2- Une campagne performative

Puisque la politique est un art discursif, une vision ne suffit pas : il faut marquer les esprits. Aussi, je tiens à réitérer mon propos alors que je faisais un bilan de la campagne :

Valérie plante a fait une campagne irréprochable, aider par une communication parfaite et des candidats engagés sur le terrain. Elle a orienté les débats, parvenant à proposer une vision cohérente et compréhensible de son projet. Perdante comme gagnante, la campagne de Plante peut faire pâlir certains candidats aux élections provinciales et fédérales.

La puissance du discours a donc permis à Valérie Plante d’exister comme une option crédible, se construisant au passage l’image d’une «vraie» personne avec la proximité, la sympathie et le tutti quanti.

3- Des militants et des candidats engagés

S’il ne fait pas mépriser les ressources symboliques, cette campagne a surtout permis de faire sortir le vote. Pour cela, Valérie Plante a bénéficié de militants et de candidats particulièrement engagés.

Il ne suffit donc pas de « cogner à des portes » pour se faire élire (car, généralement, on ne convainc personne ou trop peu de monde avec cet exercice ; celui-ci servant donc à toute autre chose), mais d’avoir les ressources humaines et matérielles pour faire sortir le vote. C’est exactement l’erreur que Denis Coderre a fait : il a été peu présent sur le terrain, ainsi incapable de jauger ces chances, puis il a mobilisé un réseau de notables.

Conclusion :

Ces raisons : avoir une vision, la répandre et faire sortir le vote, ne s’improvisent pas. La victoire de Valérie Plante n’est donc pas une surprise puisqu’elle était probable. J’insiste sur le terme de « probable », puisqu’il y aura toujours ceux pour rétorquer : « oui, mais toi tu l’as pas prévue ». Évidemment, puisque je suis analyste politique et non devin.

Sur ce rappel, s’achève cette série d’articles sur l’élection municipale à Montréal. Il me faut néanmoins conclure en faisant deux remarques :

Premièrement, cette victoire – aussi historique et symbolique soit-elle – est gâchée par une participation déplorable (42,46%). Il ne s’agit pas de faire la morale à celles et à ceux qui se sont abstenus, ni même de contester la légitimité indéniable de la mairesse et des élus municipaux qui se sont pliés au jeu démocratique, mais de relever que l’abstention a des causes structurelles bien souvent niées par ceux qui la déplorent. Ces causes tiennent – entre autres – à l’hégémonie de la province sur la démocratie au local, entretenue par une classe politique, une classe médiatique et une classe intellectuelle dans la poursuite de leurs agendas politiques respectifs. L’aspiration du peuple à se gouverner est, il me semble, plus important que les petites guérillas nationalitaires.

Deuxièmement, Projet Montréal a beaucoup promis et à raison : ça va être compliqué de faire de Montréal une agglomération du XXIe siècle sans investir massivement, sans projet qui transforme la ville. Il existe deux manières de procéder. D’une part, la méthode Coué qui consiste à dire: Montréal est si différente, si extraordinaire, que l’on finit par y croire. Ça va peut-être convaincre le peuple rompu au même exercice lorsqu’il s’agit du Québec, mais pas les investisseurs, pas les savants, pas les dirigeants. D’autre part, la nouvelle administration peut affronter de manière rationnelle et raisonnée les défis. Cette manière a été celle de Projet Montréal jusqu’à maintenant, s’inspirant de ce qui se fait ailleurs sans jamais perdre de vue les ambitions locales. Espérons qu’il maintienne cette ligne, même à l’épreuve du pouvoir.

Quelle légitimité pour l’indépendance de la Catalogne ?

Alors que l’Espagne déclenche l’article 155 de sa Constitution, visant à mettre sous tutelle la Catalogne, le Parlement catalan vient d’adopter la déclaration d’indépendance, laquelle dispose :

Nous constituons la République catalane en tant qu’État indépendant, souverain, légal, démocratique et social.

Plus précisément, cette déclaration la Catalogne déclenche un processus constituant visant à faire de la Catalogne un État indépendant.

Cette précision étant faite et puisque ces événements rapportés sont en cours, cet article ne peut pas prédire l’avenir du futur État (quoi que j’ai d’ores et déjà scénarisé les possibilités dans l’article : Et si la Catalogne devenait indépendante ?), ni même décrire précisément le présent. Cet article se destine plutôt à poser les bases d’un débat qui va animer la vie politique espagnole et, par répercussions, l’ensemble des acteurs qui observent la situation.

Dès lors, j’aimerai souligner un point crucial apporté par l’expérience catalane : l’indépendance s’exerce difficilement dans le cadre de la démocratie directe.

Les nationalismes minoritaires (au sens des formations politiques se réclamant d’une nation en situation ou se pensant minoritaire), que ceux-ci penchent à gauche ou à droite, militent depuis la fin des années 1970 pour une inclusion à la vie démocratique au sein des États tutélaires. Ainsi et à de rares exceptions (dont le Pays Basque, la Corse et quelques groupuscules marginaux), l’action armée a été plutôt négligeable en comparaison des mouvements d’émancipations précédents.

Évoluant donc dans un contexte relativement apaisé, ces nationalismes minoritaires connaissent toutefois de profondes divisions internes.

De plus, ils finissent par se conformer si bien aux pratiques du champ politique dans lequel ils évoluent : faisant en sorte que les représentants politiques se professionnalisent, que la division du travail nécessite la contribution de collaborateurs moins politisés mais plus compétents, que les apparatchiks remplacent les militants, que le différence entre les attentes populaires et les pratiques politiques se creusent, etc., qu’ils deviennent de partis de politiciens. Et ces politiciens partagent avec leurs adversaires certaines croyances, dont celle que le plébiscite populaire qu’est le référendum est la source ultime de la légitimité démocratique.

Sauf que l’exemple catalan tend à démontrer que cette stratégie est révolue.

Selon les intentions de votes, les Catalans se seraient probablement prononcés contre l’indépendance si le référendum avait été tenu «normalement», c’est-à-dire avec toutes les garanties démocratiques concourant au vote, dont une campagne égalitaire et par laquelle toutes les expressions auraient pu être tenues.

La Catalogne serait alors rentrée dans le rang, celui de ces nations qui ont échoué à déclarer leur indépendance en consultant leur peuple comme se fut le cas pour le Québec ou pour l’Écosse. Sachant cela, l’interdiction de tenir le référendum et la répression politique qui s’en est suivie ont fortement contribué à légitimer l’option indépendantiste ; alors que cette dernière n’était que minoritaire dans la  population catalane.

Cette «nouvelle» légitimité est donc celle de la démonstration d’un déni de démocratie de la part de l’État tutélaire et de l’urgence face au risque de soumission. Elle n’est donc pas démocratique (au sens où elle serait le résultat d’une volonté populaire), mais résulte davantage de la lutte anti-impérialiste car en contradiction d’une autorité jugée extérieure et avilissante.

Reste à savoir si les Catalans partageront ce sentiment et soutiendront le processus d’indépendance.

 

Et si la Catalogne devenait indépendante?

catalogne

Au 1er octobre, se tiendra un référendum qui donnera – ou non – aux représentants de la communauté autonome de Catalogne la compétence pour déclencher un processus d’indépendance.

Le gouvernement espagnol a d’ores et déjà prévu qu’il empêcherait la tenue de ce référendum, déclaré illégal par le Tribunal constitutionnel, de même qu’il poursuivra les maires (auxquels il incombe la responsabilité d’organiser les bureaux de vote) et sanctionnera les fonctionnaires qui collaboreront au déroulé du scrutin.

Dans ce climat particulièrement délétère, deux droits se disputent leur légitimité : le droit de la nation catalane à disposer d’elle-même, ce référendum permettant à la fois de trancher le débat interne que donner à l’indépendance sa légitimité démocratique ; face au droit de l’État à assurer sa souveraineté, puisque le référendum outrepasse la source de la légalité : la Constitution, laquelle fait de l’État le seul et unique plénipotentiaire de la souveraineté populaire.

Autrement dit, le gouvernement catalan s’estime légitime puisque le droit des peuples surpasse celui de l’État, ce que conteste le gouvernement espagnol en appuyant que la nation espagnole – à laquelle appartient les Catalans – s’incarne déjà dans l’État. Le conflit autour de la légalité du référendum n’est finalement qu’une lutte pour la reconnaissance de la Catalogne comme nation, laquelle dépend étroitement du rapport de force entre les nationalismes catalan et espagnol .

Que ce soit clair, d’après moi tout groupe qui pense former une communauté politique singulière et la dénomme comme « nation » en constitue une. Vous me rétorquerez probablement : « oui, mais moi et mes amis on est pas une nation pour autant !» Et vous auriez raison, dans la mesure où ce concept est monopolisé par un référentiel, alimenté de ressources matérielles, culturelles et symboliques, plus fort que vous du fait qu’il s’étend son hégémonie sociopolitique sur vos représentations de ce que peut être – ou non – une nation.

Malgré que la Catalogne soit suffisamment puissante pour prétendre à ce qualificatif de  «nation» que ce possibilité vous semble tout ce qu’il y a de plus crédible, et ce en fonction de vos propres références, elle ne parvient pas à s’imposer face à l’Espagne et à l’Union européenne. La Catalogne appartient donc à ce terrible entre-deux, faisant en sorte que son combat est suffisamment populaire pour recevoir une adhésion, mais qu’il se confronte à des légitimités mieux établies.

Mais qu’adviendra-t-il si, au soir du 1er octobre, le  «oui»  l’emporte par une large victoire ? Incontestablement, le gouvernement de Catalogne en deviendrait légitime pour lancer un processus de négociation qui l’amènerait vers l’indépendance. Sauf que la légitimité populaire est improductive si elle n’est couplée à un processus qui puisse désarmer les moyens de rétention de l’Espagne.

Parce que le champ politique catalan a choisi un chemin pacifique et démocratique vers l’indépendance, il est fort probable que ce processus n’use pas de violence (outre, peut-être, de violence symbolique). Sauf que l’Espagne du Parti Populaire (PP) –  qui n’a jamais totalement éculée son héritage franquiste et vit dans le souvenir  du terrorisme basque – risque de comprendre tous les gestes de la part des Catalans comme une atteinte à la souveraineté nationale.

Quatre scénarii s’offrent alors à la Catalogne:

  • le statu quo, qui ne risque que d’augmenter les frustrations catalanes et de les radicaliser plus il perdure
  • le conflit, qui peut conduire probablement à l’indépendance, mais à une date inconnue et pour un prix mirobolant pour la société catalane ;
  • la négociation, qui oblige à des compromis et donc peut remettre le projet d’indépendance en jeu pour quelques avancées ;
  • le dépassement, soit un abandon du projet d’indépendance pour s’efforcer de construire un autre modèle afin d’exister politiquement comme Catalogne.

Il existerait aussi le scénario idéal dans lequel la légitimité sortie des urnes convainct l’Espagne d’acter la rupture et de favoriser la transition la plus favorable à chacune des parties. Mais très sincèrement, ce n’est pas l’Espagne qui actuellement gouverne.

Résultats le 1er octobre pour affiner ces scénarii.