La fin du clivage fédéralisme / souverainisme ?

cpt111275163.jpg

Si l’on devait résumer à grands traits la situation politique au Québec depuis la Révolution tranquille, on pourrait l’observer comme une opposition entre deux forces : l’une réputée «fédéraliste» et l’autre «souverainiste». S’il a l’avantage de décrire une tendance lourde de la vie politique locale, ce clivage est fortement problématique. D’une part, car il est réducteur. D’autre part, car il a cessé de dominer le débat politique.

Évidemment, opposer fédéralistes et souverainistes est là une réduction du politique à sa plus simple expression, puisque nul clivage – aussi dominant soit-il – ne saurait être unique. Il recoupe d’autres polarités comme les oppositions entre centre et périphérie, État et Église, propriété et travail, ruralité et urbanité, monisme et pluralisme, etc.

À analyser les intentions de vote pour le Parti libéral du Québec (PLQ) ou la Coalition avenir Québéc (CAQ) réputés «fédéralistes» et le Parti québécois (PQ) ou Québec solidaire (QS) ouvertement «souverainistes», les sociologies électorales coïncident avec ces clivages. On peut même aller plus loin en faisant l’hypothèse que, si environ 62 % des non-francophones (lesquels vivent à 95% dans l’agglomération de Montréal) soutiennent le Parti libéral du Québec (PLQ) ce n’est pas tant parce que celui-ci est simplement fédéraliste mais parce qu’il est le parti du centre, de l’urbanité, du travail, de l’immigration, du multiculturalisme, etc.

Autrement dit, les non-francophones optent aussi pour le PLQ en fonction de démarcations autres que celle de l’indépendance ou non du Québec. À mesure du temps, cette question a su habiller d’autres conflits sociaux sous-jacents, mais qui nullement réductibles à la seule souveraineté.  Bien sûr, on opposera à cette assertion qu’il existe des non-francophones souverainistes, mais également des francophones qui ne le sont pas. Ce qui est entièrement exact, mais qui démontre une fois de plus le poids des déterminismes sociaux puisque les francophones fédéralistes et les non-francophones souverainistes correspondent à des sociologies distinctes puisque la classe d’âge, le capital culturel, le capital social, le rapport au centre et à la périphérie, etc. ; tout cela joue sur les accointances des uns et des autres.

Et justement, la question nationale ne semble plus au goût du jour. On peut expliquer ce phénomène selon trois causes que je pense concomitantes.

Premièrement, il y a cette prise de conscience des élites souverainistes que les nations minoritaires (c’est-à-dire le Québec, mais également la Catalogne et l’Écosse) ne parviennent pas à obtenir leur souveraineté par le processus démocratique. L’optique d’un référendum est donc repoussée pour mettre en oeuvre une future pédagogie ; propos bien déclaratoire puisqu’il suffirait que la société civile s’y évertue.

Deuxièmement, et cette cause est liée à la dernière, le PQ à l’échelon provincial et le Bloc québécois (BQ) à l’échelon fédéral se rendent compte d’un essoufflement électoral. Si l’on prend les récents suffrages, au fédéral le BQ avait 49 députés en 2008, 4 en 2011, puis 10 en 2015. Au niveau provincial, le PQ obtient 45 députés en 2003, 54 en 2012, puis 30 en 2014. Si l’on compare les deux échelons, on ne vote donc plus un parti souverainiste pour la souveraineté, mais bien parce qu’une sociologie électorale y invite ou non.

Troisièmement, dans le quasi-État du Québec, l’enjeu n’est plus tant la distinction déjà actée avec le Canada anglais, mais bien la définition de la communauté nationale en soi et pour soi ; c’est-à-dire, en fonction d’autres altérités. Si le PLQ et QS reproduisent un multiculturalisme canadien et l’attellent à une vision politique qui oscille entre social-démocratie et libéralisme, le PQ et la CAQ éprouvent un certain malaise. Un malaise qui ne dépend donc pas du positionnement fédéralisme / souverainisme, mais davantage du pluralisme tel qu’il conçut politiquement. Il est plus difficile pour une perspective républicaine (et donc moniste) comme celle du PQ d’envisager le pluralisme, de même pour le nationalisme conservateur de la CAQ.

Finalement, le clivage fédéralisme / souverainisme est donc bien moins opérant pour définir les représentations actuelles qu’autrefois, mais c’est le champ politique lui-même – et plus spécifiquement les partis souverainistes – qui a décidé de déplacer ce clivage en arrière-plan. La fin du clivage est donc temporaire, circonstanciée aux nouvelles réalités sociologiques de la société québécoise et aux facultés de son champ politique d’y répondre. En annonçant cette fin temporaire du clivage, je ne commets donc pas la même faute que ceux qui lui accordent malgré tout et encore trop d’importance, je lui donne du temps.

Le succès des nationalistes corses : vers la fin du jacobinisme ?

peacorsica

Au début du XXIe siècle, le nationalisme corse a engagé une petite révolution. Comme d’autres mouvances en Europe, les groupuscules qui se réclamaient de la libération nationale par les armes ont progressivement déserté l’avant-scène. Si la plupart d’entre eux ont été dissous, les quatre à cinq décennies de lutte armée auront permis qu’émerge une élite socialisée à la politique par et pour la cause.

Autrement dit, le conflit n’a jamais cessé : il s’est tout simplement déplacé vers l’arène politique, et ce par l’entremise et au profit de cette nouvelle élite. Mais le passage de la lutte armée vers la lutte politique n’a pas été de tout repos, et ce qu’a accompli le nationalisme corse – en si peu de temps et dans des conditions parfois moins favorables matériellement et symboliquement que leur homologue basques ou catholiques d’Irlande du Nord – est à souligner.

Pour ces dernières années, elle tient en une alliance entre les autonomistes de Gilles Simeoni (Femu a Corsica) et les indépendantistes de  Jean-Guy Talamoni (Corsica Libre) dans la coalition Pè a Corisca. Pè a Corsica s’est inspirée des expériences d’autres grands partis nationalistes en contexte minoritaire, tels que le Parti québécois (PQ), le Scottish National Party (SNP) ou la Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) afin de créer une formation de centre/centre-gauche, suffisamment souple idéologiquement pour discuter avec toutes les composantes de la société corse. 

La Corse est donc la «région» française où le nationalisme est le plus structuré et qui compte les plus d’élus de cette tendance. Malgré son caractère majoritaire au sein de la population à laquelle il s’adresse, le nationalisme corse ne semble pas menacer le centralisme français outre mesure… Pas même pour venir lui arracher un statut d’exception.

À vrai dire, l’exception corse a été consacrée dès 1982 avec la loi portant statut particulier de la région Corse établissant l’Assemblée de Corse, puis en 1991 par la création de la Collectivité territoriale de Corse (CTC) et, enfin, en 2015 avec l’établissement de la collectivité unique par fusion des deux départements. Bien qu’elles aient été annoncées différemment, il ne faudrait surtout pas prendre ces mesures pour autres choses que des «corrections» à l’endroit de la Corse puisqu’elles sont autant d’étapes que compte une politique plus large de décentralisation.

Si les nationalistes corses ne parlent plus d’indépendance, la création d’un statut d’autonomie – qui en appelle à la co-officialité du corse avec le français, à  un statut de résident, à des exemptions fiscales et à l’amnistie pour les prisonniers politiques – va se heurter de plein fouet au centralisme français dont la doctrine jacobine est peu prompte à lâcher du leste.

Si l’éditorial du Monde estime :

Le succès des nationalistes dans les urnes et la victoire idéologique et culturelle qu’il exprime obligent Emmanuel Macron et le gouvernement à oublier leur embarras. Ils vont devoir engager des négociations et trouver des réponses. Sauf à exacerber un peu plus la défiance de la Corse à l’égard de « Paris ».

Le Monde – 04 décembre 2017

Je ne pense pas que ces négociations interviennent aussi aisément. Ce doute provient du fait que – pour qu’elles aient lieu – le rapport de force devrait se déplacer en faveur des nationalistes corses. Théoriquement, un bon score aux élections accroît ce rapport de force, apportant à la fois la légitimité des urnes et des ressources institutionnelles pour capitaliser là-dessus. Sauf que le pouvoir en place a démontré dans le cas de l’Alsace son habilité à censurer de manière douce – puisque administrative, gestionnaire – toute velléité contraire à ses orientations.

Mais si je ne puis dire où Macron et la République en Marche (LREM) se situent sur la question des territoires, la classe politique française en son ensemble se montre rétive à toute «partition»  de la République, fut-elle limiter à la reconnaissance d’une langue ou à deux ou trois mesures pour plus d’autonomie. De plus, je crains que le débat devienne une simple passe d’armes entre Jean-Luc Mélenchon de la France insoumise (FI) et le gouvernement actuel.

melenchon.png

Là encore, il ne faut pas se leurrer : Mélenchon est un jacobin invétéré. Son soutien à Simeoni n’a autre but que d’exacerber la tension avec ses adversaires nationaux : d’une part, le pouvoir en place ; d’autre part, une portion de la gauche radicale qui lui conteste son leadership autoproclamé. Mais de là à soutenir un véritable processus d’autonomisation de la Corse ? Je suis perplexe…

Bref, sans relais continentaux véritables, les nationalistes corses n’auront plus qu’à se hasarder dans des négociations infructueuses ou à les suspendre tout en espérant un meilleur destin que celui de la Catalogne. Une troisième voix reste possible, en cela qu’il leur faudra construire des coopérations avec d’autres acteurs continentaux pour espérer un soutien plus large. Pour ce faire – et sans vouloir prédire le second tour – il faudra encore de nombreuses victoires et se maintenir quelques temps au pouvoir.

Troubles en Catalogne

La tension étant à son comble, il me faut introduire cet article qui complète le précédent (Et si la Catalogne devenait indépendante ?), par un aveu : je suis solidaire à la cause catalane. Mais cet aveu n’intervient ici que pour confesser ce qui apparaîtra comme crime en idéologie aux yeux de certains, celui de vouloir contribuer au débat critique. En effet, j’ai beau être solidaire, je n’en demeure pas moins politologue.

Cette introduction faite, résumons brièvement les faits.

Mercredi 20 septembre, la Garde civile espagnole a procédé à l’arrestation de responsables de l’exécutif et à des perquisitions, notamment au sein de ministères de la communauté autonome. De plus, et là de manière administrative, Madrid a mis sous tutelle les finances de la Catalogne. Après ces arrestations,  le président de la Généralité – Carles Puigdemont – s’est empressé d’accuser l’Espagne d’avoir «suspendu de facto l’autonomie de la Catalogne et appliqué de facto un état d’urgence», pour dire de Mariano Rajoy qu’il est «totalitaire» , qu’il maintient un «régime répressif et intimidant» et qu’il viole les «droits fondamentaux» des Catalans.

Quelques médias français ont  repris certains éléments de langage qui ont fusé dans les manifestations après le coup de force de Madrid, en forçant à peine le trait :

  • La semaine du Roussillon parle ni plus ni moins que de «coup d’État» semaine
  • France Info atteint le point Godwin en faisant référence au «franquisme» de l’Espagne

franceinfo

Sans réitérer le propos de l’article précédent, on est là dans un rapport de force typique entre légalité et légitimité, violence symbolique et violence coercitive, souveraineté et autodétermination. À mon sens, il est vain de l’analyser en termes moraux puisque la morale repose sur des prédicats comme le «bien», le «bon», le «juste», le «vrai», lesquels sont irréconciliables. Cette analyse ne fait que confronter des visions établies, distribuant les mauvais et les bons points selon la subjectivité des acteurs. Elle ne produit pas une appréciation scientifique des faits, elle confirme une posture politique. « Le jugement moral est conditionné, avec le jugement politique, par les nécessités intérieures de la lutte », écrivait Trotsky dans Leur morale et la nôtre.

En revanche, la démonstration objective que la Catalogne est dominée par l’Espagne et qu’elle n’a plus que le conflit pour résoudre son problème – à savoir sa reconnaissance en tant que nation – ne produit aucun biais scientifique.  Au contraire, elle souligne que, pour que le conflit réussisse aux acteurs, il leur faut exacerber la tension morale, quitte à la provoquer. Il ne s’agit là de manipulation, ni même d’un complot, mais de stratégie politique assez banale. Le gouvernement catalan vise ainsi à accroître l’option indépendantiste afin de menacer l’Espagne, et le gouvernement espagnol réagit avec force et fracas pour faire taire les revendications politiques.  Un rapport de force typique, disions-nous.

En effet, malgré les démonstrations de solidarité, l’option indépendantiste est loin de faire l’unanimité au sein de la population catalane, du moins si on en croit les sondages répétés du Centre d’Estudis d’Opinio de la Généralité. C’est pourquoi, le gouvernement catalan durcit le ton pour que les derniers indécis le rejoignent et que des solidarités internationales – outre celles avec le Québec et en Écosse, aux revendications semblables – pèsent dans la balance.

Or, la Catalogne n’est pas la Palestine ou le Timor oriental, c’est une région riche, avec un gouvernement centriste et dont l’hégémonie culturelle est celle de sa classe dominante. Pour cela, le gouvernement catalan ne gagnera rien avec un propos victimaire. Il lui faut donc tabler sur l’argument rationnel-légal, celui du droit à exercer son vote lors d’un référendum.

Le problème avec cet argument, c’est qu’il oblige ceux qui l’utilisent à suivre le procédé de légitimation référendaire de la démocratie libérale. Or, il s’est retourné envers les aspirations du Québec et de l’Écosse.

La Catalogne pourra-t-elle inverser la tendance ?