100 après la Déclaration Balfour : un état du sionisme

Balfour_portrait_and_declaration

Le 2 novembre 1917, Arthur Balfour – ministre des affaires étrangères du Royaume-Uni – adressait une lettre ouverte à l’attention de Lord Rothshild, membre prééminent du mouvement sioniste  :

Cher Lord Rothschild

J’ai le grand plaisir de vous adresser de la part du Gouvernement de Sa Majesté la déclaration suivante, sympathisant avec les aspirations juives sionistes, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui.

“Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, soit aux droits et au statut politiques dont les Juifs disposent dans tout autre pays.”

Je vous serais obligé de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour

Trente ans après – et non sans résistance des autorités britanniques – l’ONU approuvait le plan de partage de la Palestine, annonçant la création de l’État d’Israël. Mais cent ans plus tard, c’est un autre État qui ne parvient pas à naître : celui même qui est composé des «collectivités non juives existant en Palestine», d’après les mots d’Arthur Balfour.

Mais avant parler de la reconnaissance de la Palestine, il me faut insister que, malgré péripéties qui suivront après cette lettre ouverte connue dans l’histoire pour être la «Déclaration Balfour», celle-ci fut le premier engagement d’un État à reconnaître le droit irréductible à la nation juive de s’établir sur sa terre ancestrale.

La Déclaration Balfour suscita un espoir immense dans les communautés juives. Mais cet espoir, après un siècle, s’est tari. Il s’est tari car le sionisme n’est plus ce mouvement pluraliste qui ambitionnait de créer une société nouvelle en s’appuyant sur une tradition millénaire.

Le sionisme de Thedor Herzl – mais aussi le sionisme anarchiste, marxiste, socialiste, écologiste, voire même libéral –  n’existe plus ou s’est réduit utilement à la défense des institutions laïques et des rares acquis sociaux qui ont survécu aux politiques néolibérales.

Le sionisme se cristallise désormais dans un jingoïsme d’inspiration jabotinskienne qui oppose l’ami de l’ennemi, réduit tout enjeu de société à la lutte entre un laïcisme ethnicisant et un fondamentalisme religieux. Ce sionisme – présent en Israël comme en diaspora – se trompe lorsqu’il cherche à interférer avec la reconnaissance de la Palestine comme nation. Il devrait  plutôt aider les Palestiniens dans cette voie. Ainsi, il ne donnerait pas à ses ennemis et à leurs alliés objectifs un chapitre de plus dans leur propagande antisioniste.

100 ans après la Déclaration Balfour qui lui promettait à Israël l’établissement d’un foyer juif, le sionisme doit se réinventer au-delà du cadre ténu de l’État-nation dans lequel il semble enfermé. Sans quoi, il risque de suivre la même voie que bon nombre de nationalismes confrontés à des menaces extérieurs comme intérieures, c’est-à-dire entre le régime autoritaire et la théocratie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s