Malaise entre les médias et l’administration Coderre

twittercoderre.png

Capture d’écran du compte Twitter de Denis Coderre

Une enquête de Thomas Gerbet pour Radio-Canada détaille la communication de Denis Coderre, ou plus précisément le verrou médiatique que le maire de Montréal cherche à imposer, entre intimidation de journalistes, censure de fonctionnaires et contrôle de la parole des élus.

Cet article intervient à un moment bien particulier de la campagne où les élites culturelles et économiques commencent à se positionner en faveur du maire sortant ou de sa concurrente : Valérie Plante. Si Valérie Plante jouit de plus en plus d’une image positive, celle de Denis Coderre inversement se ternit.

Plus précisément, le maire de Montréal n’a jamais été porté dans le cœur des journalistes.

Certes, les journalistes n’ont pas à se montrer complaisants avec le pouvoir, mais il existe toutefois un écart entre complaisance et partisanerie. Parce que les journalistes politiques admettent rarement qu’ils font oeuvre de subjectivité, c’est donc en filigrane – le choix des sujets traités, l’angle qui a été pris, le lexique employé, etc. – que l’on détecte celle-ci. Parfois, certains journalistes font preuve de franchise, tel que Patrick Lagacé qui avouait :

lagacé

Extraits de l’article de Patrick Lagacé – La Presse

 

Si Lagacé promet dans ce même article qu’il ne haït plus Coderre, ce genre de préjugés peuvent être facilement ceux de nombreux journalistes.

Il faut reconnaître que  Coderre –  et ce, que le personnage fascine ou révulse, que sa politique crée l’adhésion ou, inversement, la répulsion – a un style bien à lui. Il appartient à ces rares politiciens qui ont une passion débordante pour la politique. Celle-ci intrigue, voire inquiète, dans une Amérique du Nord (même francophone) marquée par un utilitarisme qui restreint la chose publique au pragmatisme ; et par un conformisme qui apprécie très modérément des personnalités divergeantes, à l’instar de celle de Coderre.

En plus de ce biais cognitif, Coderre ne fait rien pour se montrer bienveillant avec les journalistes.

D’où un étrange avant-dernier paragraphe dans l’article de Thomas Gerbet. Dans celle-ci, il détaille le «style» Coderre, ici sa manière de communiquer qui consiste – grosso modo – dans l’occupation de l’espace médiatique en confisquant la parole publique. Ce qui est étonnant dans ce paragraphe, c’est que les « témoins » appelés à réagir estiment que ce style de communication est … normal :

(…) c’est normal qu’il y ait des frictions entre un cabinet politique et des journalistes.

Un ancien cadre de Projet Montréal abonde dans le même sens : « C’est ça qu’il faut en politique (…) »

À vrai dire, c’est bel et bien le paragraphe en conclusion de cet article qui témoigne du malaise entre l’administration municipale et des médias, évoquant l’insatisfaction de la profession, questionnant la démocratie, appelant à la transparence et enjoignant la fin des intimidations.

Pour qu’un article à charge comme celui-ci, provenant de ce médium assez peu politisé qu’est Radio-Canada, me fait dire que Coderre est en train de jouer à un jeu dangereux. S’il provoquait déjà par mal d’hostilité en 2013, alors que sa communication était bien plus lisse, bien plus maîtrisée, le maire sortant compte présenter sa défiance à l’égard des médias comme de l’expression d’une proximité à l’endroit de l’électeur «normal», du quidam. Twitter faisant le pont entre lui et le grand public. Une stratégie à la Trump, donc…

Or, cette stratégie a été mise en place car, soit Coderre croit en son étoile, soit il se sent acculé. Si tout pari comporte un risque, le gain ou la perte dépend uniquement de la mise. Et sur quoi mise Coderre ? C’est là, toute la question…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s