Racisme systémique : pourquoi ne veut-on pas en parler ?

Tremblay-3-1024x682

Essraa Daoui, Émile Nicolas et Will Prosper, porte-paroles de la coalition pour l’égalité et contre le racisme systémique | Crédit :  Franceska Tremblay, Champs Libres

Dans une de ses «chroniques», Denise Bombarbier soutient la thèse que des «fondamentalistes religieux» et des militants de «l’extrême-gauche multiculturelle» auraient fomenté un complot, visant à la réunion d’une commission sur le racisme systémique.

Celle-ci aurait été orchestrée à toute fin de culpabiliser les Québécois, les désignant de «xénophobes» et d’«islamophobes». Denise Bombardier achève sa chronique par ces phrases qui laissent songeur:

La politique est un art qui exige encore plus de jugement que de quotient intellectuel. Le Québec n’est pas un cerveau dont il faut enlever une tumeur. C’est l’âme et le cœur d’un peuple qu’on peut blesser et culpabiliser, entraînant ainsi des conséquences irréparables.

Ne parvenant pas à commenter celles-ci sans me monter un brin irrévérencieux, il me fallait rétablir quelques faits puisque des partis politiques – la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti Québécois (PQ) en l’occurrence – relaient ce délire digne des atermoiements psychotiques de l’alt-right.

Évidemment, avec subtilité du côté du PQ qui attaquent la «neutralité» des groupes auditionnés sans jamais les nommer :

jfl1

Et puis, il y a la CAQ – avec son style – qui reproche à l’adjectif «systémique» accolé à «racisme » d’être le fait d’un lobby :

 

Sauf que, les fameux groupes qui agissent dans l’ombre pour culpabiliser tout le Québec … ne sont pas nécessairement ceux incriminés par la CAQ et le PQ.

Petit point de rappel.

Le «racisme systémique» est une question récurrente dans le débat publique depuis les années 2000. Elle apparaît sur la question très controversée du profilage racial et de l’incarcération des autochtones.

En effet, la justice reconnaît l’existence de «discriminations systématiques» touchant les populations autochtones. Notamment avec par l’intermédiaire de l’arrêt R. c. Gladue, [1999] 1 R.C.S. 688, dont le paragraphe 65 énonce :

La proportion anormale d’emprisonnement chez les délinquants autochtones découle de nombreuses sources, dont la pauvreté, la toxicomanie, le manque d’instruction et le manque de possibilités d’emploi.  Elle découle également de préjugés contre les autochtones et d’une tendance institutionnelle déplorable à refuser les cautionnements et à infliger des peines d’emprisonnement plus longues et plus fréquentes aux délinquants autochtones.  Plusieurs aspects de cette triste réalité sont hors du champ des présents motifs.

Point d’islamo-gauchistes, pas plus l’intervention d’un «lobby» ou de «groupes non-neutres», ce sont les défenseurs des droits humains et des droits autochtones qui s’emparent de la question.

Par exemple, l’expression de «racisme systémique» est popularisée par le Barreau du Québec qui, confronté à la question du profilage racial, s’inspire des travaux de La Commission sur le racisme systémique dans le système de justice pénale en Ontario (1995), pour adresser en 2004 une première déclaration à la ministre Michelle Courchesne.

Rien y fait, et une émeute éclate en 2008 à Montréal-Nord suite à l’assassinat de Fredy Villanueva par la police. La question du profilage racial et du racisme systémique s’invite dans le débat politique. Le gouvernement du Québec reconnaît alors son existence dans un rapport intitulé : La diversité : une valeur ajoutée – Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous à l’essor du Québec

Le Barreau du Québec – toujours lui – revient à la charge avec un rapport à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse en 2010 qui documente le phénomène. Parmi les recommandations émises, le Barreau estime qu’il faille :

Encourager et financer des recherches pour déterminer l’ampleur du problème que
constitue le profilage racial au Québec ainsi que la discrimination systémique.

Mais tout ça reste lettre morte, et ce jusqu’au août 2014 où le drame de Ferguson éclate. Ce drame provoque un tel électrochoc dans l’opinion publique qu’il permet de créer une nouvelle émulsion sur la question du racisme systémique. En effet, les médias s’intéressent de nouveau aux bavures policières à Montréal-Nord, surtout grâce à l’action d’activistes comme Will Prosper.

C’est justement le déni d’une nouvelle bavure en avril 2016 par le maire de Montréal qui invitent ces activistes a lancer une pétition pour soit créée une commission sur le racisme systémique. Signée par 2662 personnes, les co-auteurs de cette pétition sont Suzie O’Bomsawin, Will Prosper, Émilie Nicolas et Haroum Bouazzi. Ces gens sont des islamo-gauchistes qui haïssent le Québec ? Pas le moins du monde…

L’acharnement envers la commission résulte de deux faits.

Premièrement, les réactions s’expliquent par la structuration de l’imaginaire collectif québécois à l’épreuve du fait minoritaire. Je ne développerai pas ce point en détails, simplement parce que j’en accorde la primeur à un texte plus conséquent que je suis en train d’écrire.

Tout juste, je tiens à souligner que l’imaginaire collectif québécois est travaillé par un continuum de récits ayant la particulier de relier le discours identitaire à un discours victimaire. Ceci n’est pas uniquement le fait du Québec, mais d’autres populations qui sont ou qui se vivent en situation minoritaire.

Ce phénomène a tendance à inciter la concurrence mémorielle, non nécessairement des groupes susceptibles de contester un aspect du continuum des récits, mais entre les auteurs du récits et un autrui généralisé. Dès lors, suspecter la société québécoise de racisme, c’est l’inviter à se dire elle-même sujette à des discriminations et questionner les frontières de son identité.

Secondement, si cette commission attire autant de critiques, ce n’est pas tant faute des démons qui travaillent quelques scribouillards dans leurs chroniques : c’est parce qu’elle est suspectée d’être politisée.

Politisée puisqu’elle opposerait une vision multiculturelle défendue par le Parti libéral du Québec (PLQ) face à une vision interculturelle de la société défendue par le PQ ou – et certes en des termes différents – par la CAQ.

La place des communautés culturelles dans le champ politique québécois est plus ambiguë qu’une simple carte de l’immigration superposée avec celle des votes en faveur du PLQ. C’est plus un ensemble de rapports d’intérêts communs et d’intérêts divergents. Et les groupes appelées à témoigner sur le racisme systémique à la commission ne reflètent pas les rares communautés que le PQ et la CAQ sont parvenus à approcher.

Sans vouloir me montrer totalement désobligeant à l’endroit de ces deux partis, croire que parler du racisme profite au PLQ, c’est confirmer la nécessité de cette commission.

À mon humble avis, la polémique actuelle me fait dire que le véritable défi de la société québécoise – avant même le vivre-ensemble – est sa capacité à l’autocritique. Sans celle-ci, il ne peut exister de nation, grande ou petite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s