Troubles en Catalogne

La tension étant à son comble, il me faut introduire cet article qui complète le précédent (Et si la Catalogne devenait indépendante ?), par un aveu : je suis solidaire à la cause catalane. Mais cet aveu n’intervient ici que pour confesser ce qui apparaîtra comme crime en idéologie aux yeux de certains, celui de vouloir contribuer au débat critique. En effet, j’ai beau être solidaire, je n’en demeure pas moins politologue.

Cette introduction faite, résumons brièvement les faits.

Mercredi 20 septembre, la Garde civile espagnole a procédé à l’arrestation de responsables de l’exécutif et à des perquisitions, notamment au sein de ministères de la communauté autonome. De plus, et là de manière administrative, Madrid a mis sous tutelle les finances de la Catalogne. Après ces arrestations,  le président de la Généralité – Carles Puigdemont – s’est empressé d’accuser l’Espagne d’avoir «suspendu de facto l’autonomie de la Catalogne et appliqué de facto un état d’urgence», pour dire de Mariano Rajoy qu’il est «totalitaire» , qu’il maintient un «régime répressif et intimidant» et qu’il viole les «droits fondamentaux» des Catalans.

Quelques médias français ont  repris certains éléments de langage qui ont fusé dans les manifestations après le coup de force de Madrid, en forçant à peine le trait :

  • La semaine du Roussillon parle ni plus ni moins que de «coup d’État» semaine
  • France Info atteint le point Godwin en faisant référence au «franquisme» de l’Espagne

franceinfo

Sans réitérer le propos de l’article précédent, on est là dans un rapport de force typique entre légalité et légitimité, violence symbolique et violence coercitive, souveraineté et autodétermination. À mon sens, il est vain de l’analyser en termes moraux puisque la morale repose sur des prédicats comme le «bien», le «bon», le «juste», le «vrai», lesquels sont irréconciliables. Cette analyse ne fait que confronter des visions établies, distribuant les mauvais et les bons points selon la subjectivité des acteurs. Elle ne produit pas une appréciation scientifique des faits, elle confirme une posture politique. « Le jugement moral est conditionné, avec le jugement politique, par les nécessités intérieures de la lutte », écrivait Trotsky dans Leur morale et la nôtre.

En revanche, la démonstration objective que la Catalogne est dominée par l’Espagne et qu’elle n’a plus que le conflit pour résoudre son problème – à savoir sa reconnaissance en tant que nation – ne produit aucun biais scientifique.  Au contraire, elle souligne que, pour que le conflit réussisse aux acteurs, il leur faut exacerber la tension morale, quitte à la provoquer. Il ne s’agit là de manipulation, ni même d’un complot, mais de stratégie politique assez banale. Le gouvernement catalan vise ainsi à accroître l’option indépendantiste afin de menacer l’Espagne, et le gouvernement espagnol réagit avec force et fracas pour faire taire les revendications politiques.  Un rapport de force typique, disions-nous.

En effet, malgré les démonstrations de solidarité, l’option indépendantiste est loin de faire l’unanimité au sein de la population catalane, du moins si on en croit les sondages répétés du Centre d’Estudis d’Opinio de la Généralité. C’est pourquoi, le gouvernement catalan durcit le ton pour que les derniers indécis le rejoignent et que des solidarités internationales – outre celles avec le Québec et en Écosse, aux revendications semblables – pèsent dans la balance.

Or, la Catalogne n’est pas la Palestine ou le Timor oriental, c’est une région riche, avec un gouvernement centriste et dont l’hégémonie culturelle est celle de sa classe dominante. Pour cela, le gouvernement catalan ne gagnera rien avec un propos victimaire. Il lui faut donc tabler sur l’argument rationnel-légal, celui du droit à exercer son vote lors d’un référendum.

Le problème avec cet argument, c’est qu’il oblige ceux qui l’utilisent à suivre le procédé de légitimation référendaire de la démocratie libérale. Or, il s’est retourné envers les aspirations du Québec et de l’Écosse.

La Catalogne pourra-t-elle inverser la tendance ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s